Voix du Maghreb – Tadalat, 2e Partie

« Héritiers de la ?révolution des guitares? initiée par Tinariwen au début des années 80, les musiciens de Tadalat côtoient au quotidien ceux de Terakaft, Tamikrest ou encore Amanar, tous issus de la florissante pépinière de l’Adrar des Ifoghas. Toutefois, ils se démarquent de leurs grands frères et amis par des arrangements, des rythmes et des styles qui leurs sont propres. La musique de Tadalat s’inscrit dans la mouvance actuelle du métissage et s’enrichit ouvertement d’influences occidentals. »

Groupe Tadalat

Membres: Oumar Badi (Guitare, solo et voix), Aboubacrene Ag Mohamed (guitare accompagnement et voix), Zeidi Ag Baba (basse et voix), Mohamed Ag Ibrahim (djembe), Fatimata Walet Hadé (choeurs),
Abdallah Ag Amano (ingénieur son et manager).

Ce qui suit est une interview avec Abdallah Agamo, ingénieur son et manager de Tadalat. Vous pouvez trouver la première partie ici.

Fils d?un Griot Touareg

Je suis fils d?un griot touareg (Amano Ag Issa) de Tombouctou et cette situation a joué un grand rôle dans ce que je fais aujourd?hui. En effet, j?ai grandi en écoutant la musique de mon papa qui est une figure historique et un gardien de la tradition orale touarègue; mais j?ai choisi un autre domaine lié à la musique.

Depuis tout petit, j?étais passionné par les machines et me mettais à bricoler chaque fois que je trouvais un appareil, à l?écart de la vue des personnes.

Des années plus tard, je me suis rendu compte que j?avais en moi l?amour d?un métier qu?il fallait apprendre : ingénieur du son.

Suite à plusieurs formations et stages par-ci par-là, j?ai acquis un minimum de connaissances pour me permettre de travailler. Suite à ces formations et ayant remarqué le manque de structures liées à l?industrie musicale dans les régions du Nord-Mali, j?ai créé une association culturelle (Sahara Sounds Production) en 2010, qui a fini par donner naissance à un projet : Sahara Sounds. Ce projet a trois buts essentiels.

À court terme :

1- Faire la promotion des jeunes musiciens talentueux des régions du Nord-Mali à travers la production, le management.

2- Faire revivre la musique traditionnelle touareg en voie de disparition, en la ramenant sous d?autres formes, plus abordables pour le public.

À long terme :

1- Former des techniciens dans les régions du nord et partout au Mali, pour améliorer le domaine de la musique.

C?est dans ce cadre que j?ai créé un studio d?enregistrement mobile avec lequel j?ai enregistré deux jeunes groupes : Tadalat (de Kidal) pour la musique moderne et Tadiazt (de Tombouctou) pour la musique traditionnelle.

À travers ce vaste projet culturel, je compte promouvoir la culture, développer l?industrie musicale et l?esprit de créativité chez les jeunes artistes, afin de leur permettre de vivre de leur art.

Pour ce, je cherche des partenaires techniques et financiers pour atteindre mon objectif.

Le nom « Afrique » ?

L?Afrique est un continent plein de ressources qui a besoin d?être développé. Ceci nécessite une prise de conscience de ses leaders et de la nouvelle génération, qui porte en elle l?espoir de ce continent. En tant que jeunes, nous devons réfléchir et agir pour trouver des solutions pour son avenir.

(Tadalat a été recommandé a Voix du Maghreb par Celia Maria de Sao Paulo, Brésil.)

%d bloggers like this: